Nos actions

Eau, hygiène et installations sanitaires

Aperçu de nos stratégies

Imprimer

Utilisatrices munies de leur carte de membre des toilettes publiques pour femmes dans un bidonville de Pune, en Inde.

NOTRE OBJECTIF :

permettre un accès universel à des services sanitaires durables en soutenant la mise au point de technologies sanitaires totalement innovantes, ainsi que le développement de marchés pour des nouveaux services et produits sanitaires.

Le défi

EN BREF

Dans les pays en développement, 2,5 milliards de personnes ont recours à la défécation à l’air libre ou n’ont pas accès à des installations sanitaires adéquates. De plus, 2,1 milliards de citadins utilisent des installations qui n’éliminent pas les déchets humains en toute sécurité.

Chaque année, les installations sanitaires de mauvaise qualité sont en partie responsables du décès de 1,5 million d’enfants des suites de diarrhées.

Leur amélioration, notamment pour le traitement des eaux et la récupération des ressources, est essentielle pour offrir un avenir sain et durable aux communautés urbaines et rurales des pays en développement.

La fondation se concentre sur les innovations révolutionnaires dans le domaine des technologies sanitaires et sur les nouvelles méthodes permettant de proposer des services et produits sanitaires aux populations démunies.

Notre stratégie relative à l’eau, à l’hygiène et aux installations sanitaires, mise à jour en 2012, est dirigée par Brian Arbogast, directeur. Elle s’inscrit dans le cadre de la division Développement mondial de la fondation.

La nécessité d’améliorer les installations sanitaires dans les pays en développement s’impose comme une évidence. Quarante pour cent de la population mondiale, soit 2,5 milliards de personnes, ont recours à la défécation à l’air libre ou manquent d'accès à des installations sanitaires adéquates. Les conséquences de cette situation peuvent s’avérer dévastatrices pour la santé humaine comme pour l’environnement. Même dans les zones urbaines, où les toilettes privées et publiques sont plus répandues, 2,1 milliards de personnes utilisent des toilettes reliées à une fosse septique qui n’est pas correctement vidée ou utilisent d’autres systèmes qui évacuent les eaux usées dans des égouts à ciel ouvert ou dans les eaux de surface.

Chaque année, les installations sanitaires de mauvaise qualité sont en partie responsables du décès de 1,5 million d’enfants des suites de diarrhées. La diarrhée chronique peut également retarder le développement des enfants en empêchant l’absorption des nutriments essentiels au développement du cerveau, du corps et du système immunitaire. Elle peut aussi empêcher l’absorption de vaccins vitaux.

La création d’infrastructures sanitaires et de services publics accessibles à tous, notamment aux plus démunis, et qui préservent l’environnement représente un défi majeur. Les toilettes, les égouts et les systèmes de traitement des eaux usées utilisés dans les pays développés nécessitent de vastes étendues de terre et de grandes quantités d’énergie et d’eau. Leur construction et leur entretien impliquent également un coût élevé. Les alternatives moins onéreuses sont rarement intéressantes car peu pratiques ou parce qu’elles retiennent les odeurs et attirent les insectes.

Notre opportunité

Tout investissement dans l’amélioration des installations sanitaires, notamment la construction de latrines à fosse, peut être bénéfique à la santé publique et à la qualité de vie. De meilleures installations sanitaires permettent en effet de réduire la diarrhée infantile et, de manière générale, d’améliorer la santé des enfants. Pour les femmes et les filles en particulier, des installations sanitaires de meilleure qualité offrent davantage de dignité, d’intimité et de sécurité personnelle.

Vidange de latrines à fosse d’un immeuble de Nairobi, au Kenya.

Cependant, la résolution des défis sanitaires dans les pays en développement nécessitera des innovations radicales avec un potentiel de déploiement à grande échelle. L’innovation est particulièrement indispensable dans les zones urbaines, où des milliards de personnes n’ont pas d’autre choix que de récupérer et stocker leurs déchets, sans pour autant disposer d’une solution durable pour les traiter une fois que leur site de stockage, tel qu’une fosse septique ou latrine à fosse, arrive à saturation. Une approche prometteuse consiste à chercher des solutions ayant le même attrait que les toilettes à chasse d’eau reliées aux égouts, mais qui ne nécessitent pas une telle infrastructure et qui seraient donc moins coûteuses,plus respectueuses de l’environnement et moins consommatrices de ressources.

Des améliorations révolutionnaires dans la conception des toilettes, la vidange des fosses et le traitement des boues, ainsi que de nouvelles méthodes de recyclage des déchets peuvent aider les gouvernements et leurs partenaires à relever l’énorme défi que représente l’installation des services sanitaires publics de qualité, en particulier dans les quartiers urbains densément peuplés.

Notre stratégie

Le programme Eau, hygiène et installations sanitaires de la Fondation Bill & Melinda Gates se concentre sur le développement d’outils et de technologies pouvant apporter des améliorations radicales et durables pour les installations sanitaires des pays en développement. Bien que nous soutenions des projets concernant la propreté de l’eau et l’hygiène, les installations sanitaires représentent notre priorité absolue, car il s’agit pour nous d’un domaine par trop négligé, que nous pouvons faire évoluer de manière considérable.

Une installation sanitaire dans le bidonville de Kibera à Nairobi, Kenya, qui a été construite grâce à un partenariat public-privé afin d’améliorer l’hygiène urbaine.

Étant donné que les innovations que nous favorisons sont immédiatement applicables dans les zones densément peuplées, nous nous concentrons principalement sur les installations sanitaires urbaines et sur les politiques publiques qui encouragent l’apparition de nouveaux modèles d’installations sanitaires dans les villes. Parmi nos priorités figurent également l’identification et l’essai de modèles de fourniture de services auxquels les gouvernements et le secteur privé peuvent avoir recours pour offrir des services de qualité à tous les citadins, et pas uniquement aux habitants des quartiers riches. Enfin, des installations sanitaires de meilleure qualité jouent un rôle capital dans la promotion de villes saines et pérennes dans les pays en développement. En outre, les approches fructueuses peuvent ensuite être adaptées et étendues aux communautés rurales.

Notre stratégie consistant à instaurer une demande mondiale pour de meilleures installations sanitaires inclut également les efforts à déployer pour faire disparaître la défécation à l’air libre dans les zones rurales et pour mettre en œuvre des mesures plus adéquates de collecte des déchets, d’assainissement des flux de déchets et de récupération des ressources utiles et de l’énergie.

La plupart de nos projets d’installations sanitaires visent l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne, où les populations sont les plus concernées par des installations inadaptées.

Axes stratégiques

Nous orientons nos accords de subventions vers cinq domaines complémentaires : les technologies de transformation, les marchés d’installations sanitaires urbaines, la mise en place d’une demande d’installations sanitaires, la politique et le plaidoyer, et le suivi et l’évaluation.

Technologies de transformation

Nous contribuons au développement et au déploiement de technologies innovantes et abordables capables d’améliorer radicalement les installations sanitaires des pays en développement, en particulier dans les zones urbaines densément peuplées. Le concours Réinventons les toilettes est un élément clé de nos efforts : il s’agit de financer la recherche pour le développement de toilettes hygiéniques, sans eau, ne nécessitant pas de raccord aux égouts ni d’électricité, et coûtant moins de cinq cents par usager et par jour. La plupart de ces projets impliquent des processus d’ingénierie chimique de récupération des ressources et d’énergie à partir des déchets humains.

Prototype des toilettes conçues par les chercheurs de l’université de Loughborough, qui extraient du charbon biologique, des minéraux et de l’eau propre à partir des déchets humains.

En août 2012, trois prototypes issus des premières subventions attribuées ont été désignés vainqueurs du concours. Le California Institute of Technology (États-Unis) occupe la première place pour ses toilettes alimentées à l’énergie solaire qui génèrent de l’électricité. L’université de Loughborough (Royaume-Uni) est arrivée deuxième grâce à ses toilettes qui extraient du charbon biologique, des minéraux et de l’eau propre à partir des déchets humains. L’université de Toronto (Canada) figure en troisième position avec ses toilettes qui assainissent les fèces et l’urine, et qui récupèrent des ressources et de l’eau propre. Nous continuons à attribuer d'autres subventions via le concours Réinventons les toilettes.

En parallèle, nous développons des méthodes commerciales pour stopper le déversement de matières fécales dans l’environnement. Ainsi, le programme Omni-Ingestor développe des technologies visant à faciliter l’entretien et la maintenance des infrastructures sanitaires existantes, notamment les latrines à fosse, les fosses de décantation et les fosses septiques, et à les rendre plus abordables pour les sociétés privées, les services publics et les municipalités. Il développe des approches rentables pour le traitement des matières fécales et le traitement combiné des matières fécales et des déchets organiques urbains. L’objectif est de mettre au point un processus de transformation capable de prendre en charge entre 1 000 et 5 000 citadins. Idéalement, les déchets traités seront convertis en produits susceptibles de générer des revenus et, par conséquent, de compenser les coûts de collecte des déchets, d‘encourager l’adoption et l’utilisation des technologies, et d‘améliorer le niveau de vie des citadins.

Marchés d’installations sanitaires urbaines

Les nouvelles technologies sanitaires requièrent de nouvelles structures de marchés et de nouveaux modèles de services. Nous testons certaines innovations sur des marchés urbains clés afin de déterminer leur attrait pour les populations tout en tenant compte des paramètres du monde réel.

Toilettes des bidonvilles de Nairobi, au Kenya, distribuées par des entrepreneurs locaux qui collectent les déchets pour produire de l’électricité et de l’engrais.

Nous collaborons également avec les autorités locales, des fournisseurs de services et des organisations communautaires pour encourager les politiques et les législateurs à soutenir l’utilisation des méthodes innovantes et des nouveaux produits sanitaires.

Nous estimons particulièrement prometteuses les innovations qui génèrent des revenus pour les fournisseurs du secteur privé. Ces derniers peuvent ensuite tirer profit de produits dérivés ayant une valeur marchande, tels que l’énergie et les engrais produits à partir des matières fécales. Nous reconnaissons également qu’à court terme, de tels revenus ne couvriront pas entièrement les coûts de traitement, ni ne généreront un taux de rendement classique. Le secteur public devra continuer à jouer un rôle, non seulement au niveau de l‘instauration des systèmes de réglementation et de contrôle, mais également de la fourniture de certains de ces services.

Mise en place d’une demande d’installations sanitaires

Construction de toilettes en dur dans le cadre d’un projet d’installations sanitaires communautaires dans le village de Badsu, dans la province du Himachal Pradesh, au nord de l’Inde.

En plus d’investir dans des technologies avancées et dans des conditions de marché urbain, nous encourageons les initiatives qui contribuent à la stimulation de la demande pour de meilleures installations sanitaires, avec une attention toute particulière pour les zones rurales pauvres. Une partie de cet effort implique une collaboration avec des fournisseurs d’installations sanitaires et des partenaires, afin de les aider à adopter des pratiques fondées sur des données probantes pour qu’ils soient en mesure de proposer des services sanitaires en adéquation avec les besoins des populations. Cela consiste également à promouvoir une évolution progressive des normes sociales concernant l’utilisation des toilettes, ce qui résulterait en une plus forte demande de services et produits sanitaires de meilleure qualité au fur et à mesure que ceux-ci seraient mis à disposition.

Politique et plaidoyer

Notre travail de politique et de plaidoyer vise à encourager et à soutenir les politiques en faveur des installations sanitaires adaptées aux populations les plus démunies. Notre stratégie implique notamment une amélioration du cadre politique et réglementaire des installations sanitaires via des partenariats avec des gouvernements, des organisations multilatérales, des ONG et d’autres représentants.

Suivi et évaluation

Nous investissons dans le suivi et l’évaluation afin de comprendre l’efficacité des différentes approches en matière d'installations sanitaires. Nous utilisons ces informations pour mesurer nos progrès, évaluer l’impact des accords de subventions et partager les enseignements tirés avec nos partenaires.

Consulter notre blog