Nos actions

Santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant

Aperçu de nos stratégies

Imprimer

Une mère et son nouveau-né dans un centre de santé de la préfecture de Patna dans l’État de Bihar, en Inde.

NOTRE OBJECTIF :

nous assurer que les femmes et les nouveau-nés survivent et restent en bonne santé pendant la grossesse et l’accouchement et améliorer les perspectives de santé des jeunes enfants.

Le défi

EN BREF

Dans les communautés à faibles revenus, un grand nombre de femmes et de nouveau-nés meurent au cours de la grossesse et de l’accouchement pour des raisons facilement évitables au moyen d’actions rentables.

Nous investissons dans la mise au point et l’apport d’actions utilisables par les familles et les agents de santé des milieux à faibles revenus pour améliorer la survie et la santé des femmes, des nouveau-nés et des jeunes enfants.

Nos efforts de plaidoyer visent les politiques et programmes qui appuient le développement d’interventions à fort impact dans des pays qui souffrent de forts taux de mortalité maternelle, néonatale et infantile.

Notre programme de santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant est dirigé par Mariam Claeson, directrice, et s’inscrit dans le cadre de la division Développement mondial de la fondation.

Depuis 1990, le taux de mortalité maternelle à l’échelle mondiale a baissé de 45 %. Cependant, chaque jour, environ 800 femmes meurent de causes évitables liées à la grossesse et l’accouchement. La quasi-totalité de ces décès se produisent dans des environnements à revenus faibles en raison de différentes conditions, telles qu’hémorragie grave, infection, hypertension artérielle et complications au cours de l’accouchement.

La santé maternelle est étroitement liée à la survie du nouveau-né. Des progrès importants ont été réalisés en matière de réduction de la mortalité infantile à l’échelle mondiale, mais le taux de mortalité des nouveau-nés représentent maintenant 44 % de l’ensemble des décès d’enfants. Tous les ans, ce sont 2,9 millions de nouveau-nés qui meurent en vain pendant le premier mois de leur vie, en plus des 2,6 millions qui sont mort-nés. Les infections et les complications dues à la prématurité ou au cours de l’accouchement, qui en sont les causes principales, sont évitables et traitables.

Il existe certes des interventions à fort impact qui ont fait leurs preuves, mais les femmes et les nouveau-nés qui en ont besoin n’y ont qu’un accès limité. Bien que le nombre de naissances en milieu hospitalier augmente dans l’ensemble des régions du monde et des classes de revenus, la qualité des soins à la naissance reste un défi majeur. Nombreuses sont les femmes qui donnent le jour chez elles et ne consultent un agent de santé qualifié qu’avant ou après l’accouchement. Les agents de santé qualifiés quant à eux manquent souvent d’accès à des fournitures et des médicaments essentiels.

Notre opportunité

La plupart des décès maternels et néonataux peuvent être évités au moyen d’actions disponibles, rentables et éprouvées : antibiotiques, soins du cordon ombilical (notamment usage de lames stériles pour la section de celui-ci), médicaments pour la prévention et le traitement de l’hémorragie postpartum, réanimation, allaitement immédiat et exclusif et technique de la mère kangourou pour garder le bébé allaité et au chaud par un contact peau-à-peau. De plus en plus de femmes souhaitent accoucher dans des établissements de première catégorie, ce qui permet d’élargir des services de qualité au cours de l’accouchement.

Consultation à domicile dans la préfecture de Patna, dans l’État de Bihar, en Inde.

De telles actions rentables peuvent largement réduire la mortalité maternelle et néonatale. D’autres améliorations sont également possibles avec la mise au point de nouveaux outils et technologies permettant l’évaluation plus précoce, plus rapide et plus précise de l’âge gestationnel et le diagnostic et le traitement de conditions dangereuses, comme les mesures de prévention de la mortinatalité.

Le développement de la portée des services de planification familiale, surtout chez les adolescentes très vulnérables, peut permettre de réduire fortement la mortalité maternelle et néonatale. L’amélioration de la qualité des services pré et postnataux quant à elle peut aider à renforcer le lien qui existe entre planification familiale et santé maternelle et néonatale.

Notre stratégie

Le programme de santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant de la Fondation Bill et Melinda Gates travaille au développement de la portée d’actions à fort impact pour s’assurer que les femmes et les nouveau-nés survivent et restent en bonne santé pendant et après l’accouchement. Nous investissons dans des efforts visant l’adaptation et la mise au point d’outils, de technologies et de traitements novateurs, l’amélioration de la qualité des services et pratiques en matière de soins de santé et les interactions entre les agents de santé et les familles et le plaidoyer en faveur de politiques nationales et internationales qui profitent à la survie et la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.

Une mère et son enfant au centre de santé de Dalocha, en Éthiopie.

Nous travaillons également en étroite collaboration avec les autorités publiques, les agences bilatérales et onusiennes, les organisations non-gouvernementales et le secteur privé, ainsi qu’avec d’autres programmes de la fondation dans des domaines tels que la découverte, la fourniture de services intégrée, la nutrition, la planification familiale, les maladies infectieuses, la politique et le plaidoyer, et la communication.

Dans de nombreuses régions du monde, nous soutenons la recherche dans toutes les sciences de la découverte, du développement et de la mise en œuvre qui peuvent mener à de meilleures techniques visant à sauver les vies des femmes et des nouveau-nés et à améliorer leur santé.

Pour atteindre un impact à grande échelle, nous concentrons actuellement nos efforts en Éthiopie, dans le nord du Nigeria et dans les États indiens de Bihar et d’Uttar Pradesh. Ces régions représentent une part importante des décès maternels et néonataux dans le monde.

Axes stratégiques

Amélioration des outils, des technologies et des traitements

Une jeune maman à Katsina, au Nigeria, pratiquant la technique de la mère kangourou avec son enfant prématuré. © Save the Children

Afin de faire face aux principaux facteurs de risque de la mortalité maternelle et néonatale, nous travaillons à l’adaptation des outils, technologies et traitements préventifs et thérapeutiques actuels et à la conception de nouveaux qui soient plus efficaces, plus abordables et plus facilement adoptés par les familles et les agents de santé dans les établissements hospitaliers ruraux et communautaires, par exemple la gestion des hémorragies postnatales, la prise en charge des infections chez le nouveau-né à l’aide de traitements antibiotiques simplifiés et le nettoyage du cordon ombilical.

Amélioration des soins et des pratiques de santé

Une jeune maman pratiquant la technique de la mère kangourou à l’hôpital Bwaila de Lilongwe, au Malawi.

Nous aidons les prestataires de soins de santé communautaires à parfaire leur savoir et leurs aptitudes et à augmenter leur usage d’outils innovants. L’une des priorités clés est l’amélioration de la qualité des soins dans les établissements de soins de santé primaires où les femmes vont accoucher. Les agents de santé peuvent également améliorer les perspectives de santé des femmes et des enfants en partageant les bonnes pratiques sanitaires telles que le fait de se laver les mains, la vaccination, la planification familiale postnatale et l’allaitement exclusif.

Nous cherchons à identifier et réduire les difficultés qui gênent l’adoption d’interventions efficaces et les obstacles financiers à l’obtention de soins, nous disséminons les informations sur la santé maternelle et néonatale, nous menons des campagnes éducatives à grande échelle et nous mobilisons les réseaux locaux pour améliorer les normes sociales et les pratiques des foyers et des collectivités.

Afin d’atteindre les adolescentes, particulièrement vulnérables pendant la grossesse et l’accouchement, nous travaillons avec les programmes de planification familiale et de nutrition de la fondation pour fournir des services intégrés.

Plaidoyer en faveur de meilleures politiques et stratégies

En renforçant les aptitudes et capacités des responsables locaux du plaidoyer, nous poussons des politiques et des stratégies qui permettront aux pays d’accroître le recours à des interventions sanitaires permettant de sauver des vies et à des médicaments essentiels et d’augmenter la prise de conscience des facteurs de risque de mortalité néonatale et maternelle qui sont négligés. Nous tentons également d’atteindre un accord international sur un ensemble de normes uniformes applicables aux mesures et aux cibles de santé qui aideront à la planification, au suivi et à la prise de décisions plus informées.

Consulter notre blog