Nos actions

Planification familiale

Aperçu de nos stratégies

Imprimer

La planification familiale est une composante centrale de l’engagement global de la fondation : l’autonomisation des femmes et l'amélioration de la santé familiale.

NOTRE OBJECTIF:

nous assurer que, dans les pays en développement, les femmes et les filles ont accès à des informations, services et produits de qualité en matière de planification familiale.

Le défi

EN BREF

Dans les pays en développement, plus de 220 millions de femmes qui ne veulent pas tomber enceintes n'ont pas accès à des méthodes de contraception efficaces et à des informations et services de planification familiale volontaire.

Un meilleur accès à ces différents éléments entraînera une baisse de la mortalité des femmes et des filles au cours de la grossesse et de l'accouchement et du nombre de grossesses non désirées, d'avortements et de décès de nourrissons.

Nous travaillons à l'augmentation du financement et à l'amélioration des politiques de planification familiale, à l'accroissement de la demande et de l'usage des contraceptifs dans les zones urbaines pauvres, au développement de technologies contraceptives novatrices et au soutien plus avant de la recherche pour combler les lacunes en matière de savoir.

Notre stratégie de planification familiale a été actualisée en 2008 et fait partie de la division Développement mondial de la fondation ; elle est dirigée par Gary Darmstadt, directeur de la section Santé familiale, et Monica Kerrigan, responsable d'équipe de la section Planification familiale.

La planification familiale volontaire est l'un des plus grands progrès du siècle dernier en matière de santé publique. En effet, permettre aux femmes de prendre des décisions éclairées quant au choix et au moment d’avoir un enfant réduit la mortalité maternelle et néonatale et entraîne une baisse du nombre des grossesses non désirées et des avortements pratiqués dans des conditions dangereuses, une augmentation des opportunités pour les femmes et une meilleure santé des familles et des communautés. La planification familiale est une composante intelligente, raisonnable et vitale de la santé et du développement au niveau mondial.

Cependant, dans les pays en développement, plus de 220 millions de femmes qui ne souhaitent pas tomber enceintes n'ont pas accès à des méthodes de contraception efficaces ni à des informations et services de planification familiale volontaire. Moins de 20 % des femmes qui vivent en Afrique subsaharienne et à peine un tiers des femmes en Asie du Sud ont recours à des contraceptifs modernes. Selon les estimations, en 2012, 80 millions de femmes dans les pays en développement avaient eu une grossesse non désirée et au moins un quart d'entre elles avaient eu recours à un avortement dans des conditions dangereuses.

Des obstacles considérables restent à franchir pour rendre les contraceptifs accessibles et abordables à plus grande échelle : le coût élevé des contraceptifs de qualité à action à long ou moyen terme, l’imprévisibilité des financements des bailleurs de fonds, les barrières culturelles, les lacunes en matière de connaissances et le manque de coordination des processus d'approvisionnement.

Notre opportunité

La planification familiale volontaire est l'un des investissements les plus rentables qu'un pays puisse réaliser dans son avenir. Chaque dollar dépensé dans la planification familiale peut permettre à l'État d'économiser jusqu'à 6 dollars, qui peuvent être investis dans l'amélioration de la santé, du logement, de l'eau et d'autres services publics.

Une mère et son fils dans un centre de santé à Dakar (Sénégal).

En juillet 2012, les dirigeants de 150 pays donateurs et en développement, agences internationales, organisations de la société civile, fondations et acteurs du secteur privé se sont engagés à fournir des contraceptifs et des informations et des services en matière de planification familiale à 120 millions de femmes et de filles supplémentaires dans les pays les plus pauvres du monde d'ici 2020. Cet effort collectif permettra de réduire de 200.000 le nombre de décès de femmes et de filles au cours de la grossesse et de l'accouchement, de 100 millions le nombre de grossesses non désirées, de plus de 50 millions le nombre d'avortements et de près de 3 millions le nombre de décès de nourrissons de moins d'un an. Il permettra également à davantage de filles de finir leur scolarité et d'augmenter leurs revenus pendant toute leur vie. En effet, en Afrique subsaharienne, jusqu'à un quart des filles abandonnent leurs études en raison d'une grossesse non désirée.

Notre stratégie

La planification familiale est une composante essentielle de l'engagement global de la fondation : l’autonomisation des femmes et l'amélioration de la santé familiale, ce qui comprend également des investissements dans la santé maternelle, néonatale et infantile, l'alimentation, la mise au point et la fourniture de vaccins et la prévention et le traitement du VIH-sida, de la pneumonie, du paludisme et des maladies entériques et diarrhéiques.

Au niveau international, notre stratégie vise à :

  • Redynamiser les efforts de planification familiale pour aider à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies
  • Sensibiliser les bailleurs de fonds, les autorités publiques et le secteur privé sur l'importance de la planification familiale
  • Améliorer l'efficacité de l'approvisionnement en contraceptifs et leur distribution
  • Élargir l'accès à des produits de planification familiale de qualité au moyen de la réduction des prix
  • Engager les bailleurs de fonds, les autorités publiques et les organisations de la société civile pour améliorer la coordination, augmenter le financement et préconiser des politiques qui soutiennent l'accès à la planification familiale.
  • Mettre au point des technologies contraceptives novatrices qui répondent aux besoins des femmes et des filles.

Dans les pays d'Afrique subsaharienne et d'Asie du Sud où nous travaillons, notre stratégie vise à :

  • Accroître l'usage de contraceptifs modernes
  • Améliorer les services de planification familiale pour le nombre croissant de pauvres en zone urbaine
  • Mettre en place des solutions innovantes à faible coût permettant de développer l'offre et la demande de produits et services de planification familiale
  • Trouver des méthodes d'intégration de la planification familiale dans les services de santé maternelle et infantile et liés au VIH pour gagner en efficacité et réduire les coûts.

Axes stratégiques

Politique et plaidoyer

Nous agissons sur plusieurs fronts pour que la planification familiale reste une priorité mondiale. Nous incitons les autorités nationales, les bailleurs de fonds et le secteur privé à accroître le financement et à mettre en place des politiques mieux adaptées à chaque niveau pour favoriser l’accès aux contraceptifs et leur disponibilité. Nous travaillons également à l’amélioration de la coordination entre les donateurs et l'État et nous tentons d’établir un mouvement durable en faveur du développement et de l'amélioration de la contraception.

Par ailleurs, nous effectuons des analyses économiques dans les pays prioritaires afin de déterminer le rendement sur l'investissement des dépenses de la planification familiale et nous encourageons la transparence et la responsabilité au niveau de l'État en œuvrant au renforcement de la disponibilité des informations sur la politique et le budget locaux comme nationaux.

Usage des contraceptifs en zone urbaine

La croissance de la population mondiale devrait concerner pour la majeure partie les villes et villages des pays en développement. En Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, qui sont les régions du monde où la croissance est la plus rapide, la population urbaine devrait doubler entre 2000 et 2030.

Nouveau-né avec sa mère dans l’État indien de l’Uttar Pradesh

Actuellement, les populations les plus pauvres enregistrent les taux de natalité les plus élevés et des grossesses non désirées en grand nombre. Au sein de ces communautés, nous nous attachons à stimuler la demande et la fourniture d’informations, de services et de produits de planification familiale volontaire abordables et de haute qualité, essentiellement par le biais de l’Initiative urbaine pour la santé reproductive dans l’État de l’Uttar Pradesh, en Inde, ainsi qu’au Nigeria, au Kenya et au Sénégal. Nous nous concentrons sur l’espacement des naissances dans le temps et les conseils en matière de planification familiale et nous fournissons des produits et des services pour les mères qui viennent d’accoucher, les patientes qui viennent d’avorter, les femmes séropositives et les adolescentes vulnérables.

Nous collaborons avec le secteur privé et avec des organisations de la société civile pour identifier des approches efficaces et nous contribuons à la constitution d’équipes d'exécution en réseau au niveau national pour la mise en commun des pratiques et des stratégies. Nous soutenons également des actions de mesure visant à garantir que la mise en œuvre est basée sur des données, que des évaluations rigoureuses sont effectuées, que les plus démunis et les plus vulnérables sont prioritaires et que les preuves obtenues font l’objet d’une diffusion étendue.

Nouvelles technologies contraceptives

Les femmes renoncent à l’usage de contraceptifs pour de multiples raisons, même lorsqu'elles souhaitent éviter de tomber enceintes. Certaines sont mal informées quant aux risques de grossesse, d'autres s'inquiètent des effets secondaires des méthodes de contraception modernes. Dans certains cas, l'opposition de leur famille ou un choix limité de méthodes constituent des facteurs clés.

Moins de 20 % des femmes qui vivent en Afrique subsaharienne et à peine un tiers des femmes en Asie du Sud ont recours à des contraceptifs modernes.

Nous encourageons la découverte, le développement et la distribution de nouvelles technologies pour répondre aux questions relatives à la non-utilisation, en particulier en ce qui a trait aux implants et aux contraceptifs injectables. Les implants et les contraceptifs injectables d'une durée de trois mois sont les méthodes contraceptives réversibles les plus utilisées en Afrique subsaharienne et les nouvelles versions de ces méthodes présentent un fort potentiel d’amélioration de l’accès et de l'utilisation de la contraception. Actuellement, nos investissements sont orientés vers l’assurance qualité, l’approbation légale et l’introduction de deux produits dans des pays spécifiques d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud.

Le premier produit est Sino-implant (II), fabriqué en Chine par Shanghai Dahua Pharmaceuticals. Sino-implant (II) est un implant efficace, peu coûteux et à action prolongée dont l'utilisation a été approuvée dans plus de 20 pays en développement. Des actions sont en cours pour assurer sa pré-qualification par l’Organisation mondiale de la santé.

Le deuxième produit est Sayana Press, nouvelle version sous-cutanée de Depo-Provera, célèbre contraceptif injectable de Pfizer à renouveler tous les trois mois. Le Depo-Provera est administré par injection intramusculaire, qui, dans la plupart des pays, doit être effectuée par un agent sanitaire. Sayana Press peut éventuellement être administré par des personnes qui ne sont pas des prestataires de services médicaux, tels que des agents sanitaires communautaires formés, ou même auto-injecté. Des actions sont en cours pour évaluer l’acceptabilité du produit par les femmes et mettre en place la formation, les systèmes, les politiques et les infrastructures nécessaires à une administration durable.

Par ailleurs, des méthodes contraceptives supplémentaires sont nécessaires pour répondre aux divers besoins des communautés du monde entier. Ainsi, nous investissons dans le développement d’une pilule contraceptive orale délivrable sur demande, d’anneaux vaginaux contraceptifs, d’un contraceptif injectable d'une durée de six mois, d’implants à long terme, de méthodes contraceptives non hormonales et d’une stérilisation féminine non chirurgicale. Nous soutenons également la mise en place de solutions polyvalentes, telles que celles qui protègent à la fois d’une grossesse et de la transmission du VIH.

Combler les lacunes en matière de connaissances

Pour améliorer l’accès aux ressources de la planification familiale, il est nécessaire de combler certaines lacunes essentielles en matière de connaissances pour informer la mise en place des politiques et des programmes. Nous soutenons la recherche visant à tester des moyens d’intégrer les services de la planification familiale à d’autres services de santé, notamment la prévention et les soins du VIH, les soins de santé maternelle et infantile (dont les soins post-partum) et les services après avortement. Nous cherchons également à obtenir des données plus fiables sur les interactions possibles entre l'infection par le VIH et l’utilisation de contraceptifs hormonaux.

Consulter notre blog